Trop intelligent pour être heureux ? L’adulte surdoué – 3

Le dernier opus de cette trilogie sur Trop intelligent pour être heureux ? insiste sur les côtés positifs d’être surdoué, ainsi que sur la vie familiale.

Trop intellignet pour être heureux

Trop intelligent pour être heureux, aux ed. Odile Jacob

De la difficulté d’être un adulte surdoué

Le surdoué est extrêmement lucide, sans répits. Il réfléchit en permanence sur des problèmes anodins, est envahi par une émotion qui est négligeable pour les autres. De même, pour admettre quelque chose comme exact, il doit d’abord la passer au crible. Et quand on perçoit les limites de tout, on perçoit également ses propres limites. Ainsi, le surdoué se juge, en permanence.

Le surdoué vit également dans la peur, principalement de ses pensées, mais aussi des autres dont il se sait différent et de la vie qu’il ne peut pas maîtriser. Une partie d’entre eux risque de devenir agoraphobe. Cela peut également se transformer en perfectionnisme : si une chose n’est pas parfaite elle ne vaut pas le coup de s’y pencher. Ceci peut entrainer une stagnation. Il lui est également difficile de trouver quelqu’un qui lui apprenne, qu’il juge compétent. Il se sent souvent seul, en avance sur les autres, enseignants compris.
Le surdoué a aussi honte de ne pas être comme tout le monde, ou d’avoir compris ce qu’il n’aurait pas dû. Il est également un insatisfait chronique et s’ennuie : comment cela ne pourrait ne pas être quand on sait ce que l’autre va dire avant qu’il ait fini sa phrase ? Pour combattre l’ennui, il va alors enchaîner les projets, voire en gérer plusieurs de front. Cela peut aussi s’appliquer à sa vie amoureuse.

La charge émotionnelle peut être dure à vivre. Pour se protéger, le surdoué peut alors essayer de ne plus rien ressentir. Par ailleurs, il se sent en décalage avec les autres et toujours seul. Les relations avec autrui sont difficiles. Pourtant, il s’engage à fond et considère la confiance comme sacrée. Mais pour lui, les relations sont truffées de trahisons. Cela vient souvent de choses dont l’autre n’a même pas conscience, comme un mot mal choisi. Au bout d’un certain temps, il va finir par ne plus faire confiance. Il se méfie de l’inconnu et dans le même temps, a tellement envie de croire à la vraie confiance qu’il va mettre énormément d’espoir dans toute nouvelle relation. Lorsqu’une dispute éclate dans un couple par exemple, le surdoué n’attend qu’une chose : des retrouvailles passionnées. En outre, il est vital pour lui que quelqu’un compte sur lui.

De plus, il ne comprend pas le monde et inversement, le monde ne le comprend pas. Il passe d’ailleurs souvent pour un imbécile. Afin de bloquer le flot incessant de pensées qui traversent son esprit, il peut alors devenir rigide. Le risque là est de passer pour une personne froide, alors qu’il est au contraire très sensible et cherche à s’en protéger. Il peut aussi stopper tout d’un coup : arrêter au milieu d’une phrase, d’une conversation, d’un mouvement… ou avoir le regard fixe. Il ne réalise pas d’avoir interrompu quelque chose et ne se rend pas compte du temps qui passe. Cela peut être déstabilisant pour la personne en face. Le surdoué peut également avoir l’impression de se voir agir, comme dans un film, et ne se sent pas vivre sa vie. De plus, il anticipe tout et ne peut pas vivre dans le présent.

Du côté des femmes

Les femmes surdoués intimident facilement les gens, leur font peur, sans même s’en rendre compte. Elles s’adaptent plus facilement mais sont plus sensibles et semblent plus facilement froides que les hommes.

Une maman surdouée pense que son enfant est comme les autres et ne comprend pas lorsqu’on s’étonne de sa précocité. Et si à l’école les choses vont mal, elles peuvent déraper aussi rapidement à la maison. Un enfant avec un comportement singulier n’est peut-être pas malade ou mal élevé, il est peut-être juste singulier. Si ses agissements sont différents c’est éventuellement parce qu’il pense différemment.

surdoué amour

Qu’en est-il du surdoué en couple ?

Les couples  : qui se ressemblent s’assemble ?

Les surdoués s’attachent souvent à d’autres surdoués. En amitié comme en amour. Si on se fait diagnostiquer adulte, il est fréquent que l’on découvre que son conjoint est également surdoué.

Et ceux qui vont bien ?

Les adultes surdoués qui vont bien consultent peu un psy. Par contre, des enfants diagnostiqués qu’on voit grandir, il y en a. Pour les aider à devenir heureux, quelques points sont nécessaires. Comme un environnement bienveillant, rassurant, afin de calmer les angoisses engendrées par sa lucidité. Pour éviter les difficultés scolaires, il peut être bon de comprendre que l’on réfléchit différemment et que non, ce n’est pas une forme de bêtise mais une ressource inestimable. Les incompréhensions répétées peuvent elles aussi amener à une compréhension plus grande des choses. On veillera également à ne pas avoir d’attente démesurée vis-à-vis du surdoué. Pour la répétition des injustices, on peut essayer de les accepter et de les combattre. Et pour parer à l’exclusion sociale, on peut essayer d’apprendre à s’aimer soi-même, puis les autres. On peut aider le surdoué à intégrer ses émotions et les apprécier pour qu’il ne les étouffe pas. Pour combattre les vexations, on peut lui apprendre que cela vient d’une peur de ne pas être aimé et à faire la différence entre ce qui est dit et ce qu’on entend. Pour éviter l’analyse permanente de tout ce qui se passe, on peut se rapprocher de ses émotions. Un surdoué a également besoin d’être vraiment compris par son entourage, d’être valorisé et d’être accompagné.

Comment faire pour aller bien ?

Le surdoué peut changer d’état d’esprit en un clin d’œil. Cette capacité est utile pour rebondir, lorsque les choses ne vont pas. Un regard aiguisé sur sa personne permet de se rendre compte lorsque l’on fait des erreurs et d’en tirer profit. De même, on peut garder en mémoire les jolies choses pour quand ça ne va pas. Et s’échapper par la pensée. L’intelligence peut également être utilisée pour avancer, reculer, faire le zoom… Le Script-mind consiste à noter tout ce qui passe par la tête à propos d’un sujet défini. On note les idées sur un feuillet différent en fonction du thème. Cela permet de ne pas voir les idées s’envoler et être perdues, comme cela arrive si souvent aux surdoués. L’hyperesthésie, quant à elle, peut être utilisée pour percevoir du beau là où les autres ne le voient pas. Et la créativité, de même que la pensée divergente ou l’intuition, de trouver des solutions dans des situations qui paraissent bloquées aux autres.

Quand rien ne va plus

Le surdoué peut soit se sentir différent et donc avoir une image de lui négative, soit ne pas le remarquer mais ne jamais comprendre certaines réactions ou comportements. Même s’il arrive à trouver une place, les doutes sont toujours présents. Le surdoué va alors essayer de se défendre contre son mode de fonctionnement, en intellectualisant tout, en tuant ses émotions ou en employant l’humour. Il peut aussi se couper -au moins partiellement- du monde, de la société, ou tenter l’oubli et l’abrutissement dans les drogues. Il peut aussi être diagnostiqué à tort schizophrène, bipolaire ou borderline.

précoce.jpg

Penser différemment est une chance

Conclusion

Le surdoué se sent souvent différent des autres. Si les risques d’aller mal sont nombreux, il possède en lui les ressources pour trouver une solution là où la plupart des autres ne verraient qu’une voie sans issue.

Trop intelligent pour être heureux ? L’adulte surdoué, Jeanne Siaud-Facchin, 320 p., ed. Odile Jacob

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s