L’économie sociale et solidaire

L’économie sociale et solidaire (ESS) regroupe des associations, fondations ou mutuelles dont le but principal est l’utilité sociale et la solidarité.

économie sociale et solidaire.jpg

L’économie sociale et solidaire permet de réconcilier capitalisme et qualité de travail

L’ESS : économie sociale + solidaire

L’économie sociale définit la forme de l’entreprise : elle peut être une association, une mutuelle, une coopérative ou une fondation. Les hommes sont plus importants que le capital. Elle trouve ses origines dans les mouvements ouvriers du XIXème siècle, inspirés du socialisme utopique. Les travailleurs d’alors s’étaient organisés en mutuelle de protection ou bien en association alimentaire.

L’économie solidaire est née dans les années 70. Sa priorité est l’utilité sociale. Elle voit son essor dû à de nouvelles marginalisations, notamment à l’exclusion sociale ou l’envolée du taux de chômage. Elle essaye alors d’intégrer les gens par le travail, de développer des filières de commerce équitable ou de favoriser une agriculture saine et non polluante.

L’ESS : définition et chiffres

L’ESS est définit par la loi française de la façon suivante :

  1. le but poursuivi n’est pas (uniquement) le partage de richesse,
  2. la gestion doit être démocratique,
  3. les bénéfices servent au développement de l’activité et les réserves ne peuvent pas être distribuées.

L’ESS a un but non lucratif et ses bénéfices sont réinvestis dans l’organisation. Le profit privé est interdit, elle n’a donc pas d’actionnaire. De plus, la coopération et la solidarité sont de mise, plutôt que la concurrence. En outre, elle est généralement tournée vers le développement local, et ce pour 3 raisons : 1) c’est l’économie qui doit s’adapter au territoire et pas l’inverse, favorisant un réel service aux habitants ; 2) les emplois créés localement au service des locaux ne sont pas délocalisables et les circuits courts sont plus respectueux de l’environnement ; 3) elle permet de rétablir des liens sociaux, qui ont tendance à manquer dans notre société actuelle.

L’ESS représente en France 10 % du PIB et 8 % des salaires. Elle emploie 2,4 millions de personnes dans 200 000 entreprises, et créée 100 000 nouveaux emplois par an.

Il convient de ne pas confondre les ESS avec les entreprises collaboratives (comme Airbnb ou blablacar) dont le but est purement lucratif. D’ailleurs, depuis juin 2015, il existe un label consacrant les entreprises sociales et solidaires.

ESS

L’ESS peut aider les plus pauvres à sortir de la précarité

Conclusion

L’économie sociale et solidaire, forte de racines centenaires, est aujourd’hui un gage d’avenir dans nos sociétés capitalistes. Elle recouvre des domaines aussi variés que l’alimentation, la santé ou le service à la personne. Elle permet de maintenir une productivité économique génératrice de chiffre d’affaire, tout en portant des valeurs essentielles à la cohésion sociale, telle que l’insertion des plus démunis, le service à la personne ou encore la création de lien social de proximité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s