La biodynamie, c’est de la magie ?

L’agriculture biodynamique, ou plus simplement biodynamie, est une méthode d’agriculture biologique basée sur l’enseignement de Rudolf Steiner.

L’origine de la biodynamie

Rudolf Steiner

Rudolf Steiner est le fondateur de l’anthroposophie

Dans les années 1920, plusieurs agriculteurs anthroposophiques  constatent des baisses de rendement dans leurs exploitations. Ils se réunissent et observent les mêmes problèmes chez leurs voisins. Ils dressent donc une liste de leurs préoccupations, qui sont :

  • pourquoi les semences dégénèrent et la qualité des aliments diminue,
  • quels sont les effets des engrais chimiques sur les plantes,
  • pourquoi les animaux d’élevage sont-ils plus faibles que les sauvages,
  • comment améliorer les conditions sociales des ouvriers agricoles,
  • et comment agissent les influences cosmiques.

En 1924, Rudolf Steiner, fondateur du mouvement anthroposophique et de la pédagogie homonyme, donne une série de 8 conférences pour répondre à ces questions. Une transcription est éditée dans le Cours aux agriculteurs (voir en bas de page).

Les principes de la biodynamie

La biodynamie est basée sur les mêmes principes que l’agriculture biologique : rotation des cultures, apport en engrais et fumier, limitation des intrants chimiques…

L’agriculture  biodynamique considère l’exploitation agricole comme un tout qui est soumis aux influences de son environnement au sens large, jusqu’aux mouvements planétaires. C’est pourquoi une ferme en biodynamie doit tendre à être la plus autonome possible afin de se passer au maximum d’intrants extérieurs. Elle cherchera donc à produire le plus possible ses propres semences, son compost, récupérer son fumier, etc.

Elle prône le respect de la terre et de tous les organismes qui y vivent. Cela explique qu’une grande partie du travail en biodynamie consiste à soigner la terre et à la nourrir, afin qu’elle puisse nous nourrir en retour. Elle cherche à protéger la vie de la terre et l’activité microbiologique qui y existe. Il est notamment pris grand soin du compost.

La biodynamie considère que les mutilations faites au bétail sont une conséquence d’une mauvaise relation aux animaux, due entre autres à une volonté d’augmenter le rendement trop forte.  Elle essaie donc de les limiter au maximum et prend compte des besoins de chaque espèce afin qu’elle serve au mieux l’ensemble de l’exploitation : les volailles en liberté limitent la croissance des adventices, les cochons retournent la terre, les vaches fournissent du fumier, …

Les méthodes de la biodynamie

Si l’agriculture biodynamique repose sur les principes de l’agriculture biologique, elle possède, en plus de ses fondements de base, des pratiques qui lui sont particulières.

Les préparations biodynamiques

préparation bouse de corne

Remplissage de cornes pour la préparation 500

Ces préparations sont fabriquées à partir des produits de la ferme et employées dans les champs et le compost afin d’améliorer la qualité des productions agricoles. Chacune des 8 préparations a une utilité propre. Elles sont toutes préparées à partir d’éléments particuliers qui sont dilués et dynamisés avant d’être répandus.

La préparation 500 « bouse de corne » est obtenue à partir de bouse de vache déposée dans une corne de vache et enterrée pendant l’hiver. Elle est employée afin d’avoir des plantes aux racines plus profondes et donc de lutter contre la sécheresse.

La préparation 501 « silice de corne » est formée de silice mise dans une corne et enterrée pendant tout l’été. Pulvérisée sur les plantes, elle leur permet d’être plus résistantes aux maladies. Elle aide également à la maturation des fruits et des légumes.

Les préparations suivantes sont destinées à enrichir le compost.

La préparation 502 d’achillée millefeuille active la mobilité de la potasse et du soufre. La préparation 503 est à base de camomille officinale. Elle régule le processus de l’azote et est liée au métabolisme du calcium. La préparation 504 est une dilution d’ortie, elle renforce l’effet des 2 préparations précédentes. Elle est liée au fer et à l’azote. La préparation 505 à l’écorce de chêne limite les maladies de prolifération et d’exubérance. La préparation 506, au pissenlit, est liée à l’acide silicique et la dernière préparation, la 507, composée de valériane, aide au mouvement du phosphore.

Les rythmes cosmiques

La position des planètes influence les plantes. C’est pourquoi les bucherons, par exemple, coupent le bois de chauffage lorsque la lune est croissante, car la sève est stockée dans les racines. Les bûches sèchent donc plus rapidement.

Maria Thune, adepte de la biodynamie, a remarqué que certains jours étaient plus favorables aux fruits, aux feuilles, aux fleurs ou aux racines. Elle a alors fait le lien avec les positions des planètes à ces moments. C’est sur ces bases qu’est réalisé le calendrier lunaire, qui sert de repère aux biodynamistes pour réaliser les travaux sur l’exploitation. Un jour fruit indique qu’il est plus propice pour les tâches liées aux fruits ou aux arbres fruitiers. Si vous souhaitez planter un arbre, vous pouvez choisir un jour racine afin qu’il pousse mieux. Optez pour un jour feuille si vous voulez ramasser les épinards. Il existe aussi des jours nœuds, où il vaut mieux ne pas travailler la terre. On peut alors s’occuper du matériel ou des adventices. Ces indications sont bien sûr là comme guide, le biodynamiste n’est pas obligé de les suivre à la lettre.

L’organisme agricole

En biodynamie, la ferme et tout ce qui y est rattaché est nommé l’organisme agricole. Il comprend les plantes et les animaux, sauvages aussi bien que domestiques, le terrain, le climat, etc. La ferme est perçue comme une entité vivante. Elle est bâtie dans l’optique d’être indépendante. Dans ce but, elle doit présenter le plus de diversité possible et être autonome le plus possible sur tous les plans : fumier, semences, énergies… Elle doit également avoir des rendements suffisants pour permettre à l’exploitant de vivre et être résiliente face aux changements et aux maladies.

Le label Demeter

label Demeter

Le label Demeter assure une production biodynamique

Les exploitants professionnels qui emploient l’agriculture biodynamique sont reconnus sous le label Demeter. Ce label est présent dans 50 pays, 5 000 fermes et 150 000 hectares. En France il regroupe 430 viticulteurs et producteurs, ainsi que 70 entreprises de transformation. Il est obtenu par des exploitants déjà en agriculture biologique qui doivent respecter un cahier des charges et passer tous les ans une certification et un contrôle.

Conclusion

Ce sont principalement les préparations et le poids laissé aux planètes qui donnent une mauvaise image de la biodynamie. Les principales critiques en font une « pseudo-science » et comparent ses pratiques à de la magie.

Or, la biodynamie ne peut pas être une pseudo-science car elle n’est pas une science, mais bien un mode production agricole. De plus, ses détracteurs eux-mêmes s’accordent à dire que les aliments produits en biodynamie sont de qualité égale à ceux issus de l’agriculture biologique. Pour finir, quand bien même les planètes n’auraient pas d’influence sur les plantes (et cela reviendrait à dire que les saisons n’ont aucun effet), quel peut être le mal à laisser ceux que cela intéresse s’en servir pour organiser les travaux au jardin ?

C’est lorsque tous sont forcés à agir de la même manière, à cultiver, à se nourrir, à penser de la manière « normale », que débute l’obscurantisme dont les opposants à l’agriculture biodynamique disent avoir si peur.

Pour aller plus loin :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s